Avis de tempête

  • enVision 9.3

Lors d’une tempête, nombre d’entreprises subissent des dommages en raison d’une toiture fragile : si un vent violent arrache une toiture, l’intérieur des bâtiments n’est plus protégé contre la pluie et les dégâts matériels peuvent être considérables. Il est donc crucial de tout mettre en œuvre pour éviter ce type de scénario.

Il y a quelques années, un client d’AFM avait fait installer une nouvelle toiture sur son site de Boca Raton, en Floride. Une couche de béton isolant léger (LWIC - Light Weight Insulating Concrete) avait ainsi été fixée sur le bac de toiture en béton structurel déjà en place. Le béton LWIC optimise l’évacuation des eaux pluviales et réduit les coûts de climatisation grâce à ses propriétés isolantes. Le client avait choisi cette solution sur les conseils d’une entreprise spécialisée qui la jugeait économique.

Toutefois, les statistiques de sinistres d’AFM et les résultats d’essais antérieurs de résistance au vent avaient déjà mis en évidence les faibles performances des toitures en béton isolant léger par vent fort. Or, dans la région de Boca Raton, les vents peuvent atteindre 225 km/h.

Lorsque l’ingénieur AFM a pris contact avec le client et le courtier, ces derniers se sont d’abord montrés sceptiques : la toiture était de conception récente et, d’après leurs informations, parfaitement adaptée aux conditions climatiques du sud de la Floride. Pour démontrer l’existence de ce risque, nous avons alors recommandé la réalisation d’un essai de résistance au vent.

Au banc d’essai
Une cloche à vide a permis de créer des cycles de dépressions comparables à ceux enregistrés au cours d’une tempête. Les deux premiers essais, menés sur la partie inférieure de la toiture, se sont soldés par un échec. Deux essais supplémentaires sur la partie supérieure ont confirmé le diagnostic. L’équipe, composée notamment d’un ingénieur AFM, a alors conclu que la toiture ne pourrait pas résister aux vents locaux.

Le client, le courtier et AFM ont trouvé ensemble la solution à ce problème : une membrane monocouche à fixation mécanique agréée FM, arrimée au bac de toiture en béton structurel à l’aide de fixations traversant le béton isolant léger.

Une expertise technique de pointe
La clé pour protéger un bâtiment en cas de tempête ? S’assurer que son enveloppe est en parfait état. Il est rare que la structure générale d’un bâtiment soit endommagée au cours d’une tempête. En revanche, la moindre brèche dans son enveloppe extérieure peut suffire à provoquer des dommages significatifs à l’intérieur des bâtiments. Pour limiter l’ampleur de ces dommages, même par vent très violent, une préparation adéquate est nécessaire. Elle passe par la mise en œuvre de solutions simples, économiques et pragmatiques.

En collaboration avec des ingénieurs-conseils FM Global et des ingénieurs de comptes AFM, les clients identifient avec leurs courtiers les principaux risques auxquels sont exposés leurs sites et les mesures les plus efficaces pour protéger leur activité. Une approche gagnante quand on sait qu’en cas de tempête, les dommages subis par un bâtiment dont la toiture a été consolidée sont six fois moins élevés que sur un site au toit fragilisé.

Une démarche collaborative
Confronté à l’annonce préoccupante de la défaillance de sa toiture récemment installée, le client a tiré parti des services proposés par son courtier et AFM pour mieux comprendre le risque qui pesait sur ses installations. Une collaboration qui a donné naissance à un programme d’optimisation de la protection du site dans l’optique de pérenniser son activité.

Pour plus d’informations sur la protection des sites contre les risques liés aux vents violents, consultez notre boîte à outils sur les risques naturels.

 

Découvrir d’autres témoignages de clients